Les année hitlériennes et la guerre

  • 5 jours
  • Printemps
  • Eté
  • Solo
  • Couple
  • Amis
  • Culture / Patrimoine
  • Moyen

Cette visite de Berlin retrace l'histoire de la ville au temps d'Hitler et de la Seconde Guerre mondiale. 5 jours vous seront nécessaires pour voir l'ensemble des monuments et lieux de mémoire liés à cette période sombre de l'Histoire.

Galerie photos

Kulturbrauerei, site culturel majeur de la ville Vue sur Berlin depuis la colonne de Siegessaüle Porte de Brandebourg Coupole du Reichstag

Chargement en cours...

Veuillez patientier

Étapes

  • BERLIN
ajouter les étapes

Vous pourrez le modifier à volonté dans l’éditeur

Détail du séjour : Les année hitlériennes et la guerre - 5 jours

Jour 1 : Les années hitlériennes

Commencez votre visite sur la Bebelplatz (proche de Unter den Linden) où se trouve le mémorial de l'Autodafé, une plaque de verre placée parmi les pavés de la place, rappelant l'endroit où, en 1933, les nazis brûlèrent des livres d'auteurs juifs ou considérés comme dépravés. Dirigez-vous ensuite vers le Reichstag, sur la place de la République (Platz der Republik), siège du Parlement qui fut partiellement incendié le 27 février 1933 par des militants d'extrême droite. Il a, depuis, été reconstruit et il est possible de visiter gratuitement sa magnifique coupole de verre. Rendez-vous ensuite à la porte de Brandebourg, sur laquelle se trouve le célèbre quadrige de Karl Friedrich Schinkel conduit par la Victoire, initialement tournée en direction de la ville, en signe de paix. Hitler le fit déplacer vers l'extérieur pour signifier ses conquêtes. A côté de la porte de Brandebourg, sous le mémorial de l'Holocauste, se trouvait le bunker d'Hitler (où il se serait suicidé). Contrairement aux rumeurs populaires, le bunker d'Hitler fut dynamité en 1947 ; les entrées ont été bouchées à renfort de béton, on ne peut donc plus rien y voir et le site ne se visite pas. Continuez sur la rue du 17-Juin, vers la Siegessäule. Cette colonne initialement située sur la Königsplatz, en face du Reichstag - et symbolisant les différentes victoires de l'Empire prussien - fut déplacée jusqu'à sa place actuelle en 1938 par Hitler. Son but était de l'installer sur un axe très passant (entre Unter den Linden et le parc des Expositions) afin d'affirmer le triomphe de l'Allemagne. Enfin, poussez encore plus à l'ouest jusqu'à l'Olympiastadion et la Waldbühne, construits sous Hitler et reflets de l'architecture et de la démesure nazies. C'est dans ce stade qu'eurent lieu les Jeux olympiques de 1936.

Jour 2 : La guerre

La visite commence sur Unter den Linden, à la Neue Wache, oeuvre de Schinkel, aujourd'hui un mémorial pour les victimes de la guerre et de la tyrannie. Rendez-vous ensuite sur la Stresemannstraße, au n° 110 où, dans l'ancien bâtiment annexe de la Gestapo, se situe l'exposition permanente " Topographie des Terrors " portant sur la répression en Allemagne. Continuez vers Potsdamer Platz, en passant par le Stiftung Denkmal für die ermordeten Juden Europas (mémorial en l'honneur des juifs assassinés d'Europe) et allez voir le mémorial de la Résistance allemande (Gedenkstätte Deutscher Widerstand) sur la Stauffenbergstraße, nos 13-14 (à côté du Kulturforum). Là se trouvent aussi un monument en rappel de l'attentat manqué contre Hitler (dans la cour) ainsi qu'une exposition permanente sur la résistance allemande au régime nazi (au 2e étage). Enfin, on se rend à l'église du Souvenir (Kaiser-Wilhlem-Gedächtniskirche) sur la Breitscheidplatz (U-Bahn Zoologischer Garten ou Kurfürstendamm). Construite en mémoire du fondateur de l'Empire allemand, elle fut à moitié détruite par les bombardements de 1943. Elle sert maintenant de monument commémoratif contre la guerre. De là, dirigez-vous vers l'aéroport de Tegel afin de visiter le mémorial de Plötzensee. Il se trouve dans la Hüttigpfad. Il s'agit d'une ancienne prison où furent torturés et exécutés des centaines d'opposants politiques et de résistants entre 1933 et 1945. Sur place, on trouve de bonnes brochures explicatives dans plusieurs langues.

Jour 3 : La guerre (bis)

Se rendre à Wannsee avec la S1. Visitez la Haus der Wannsee Konferenz, sur Grossen Wannsee 56-58 (prenez le bus n° 114 jusqu'à Haus der Konferenz, à la sortie de la S-Bahn). C'est là qu'eut lieu la conférence du 20 janvier 1942 sur la solution finale. Entrée gratuite. Prendez le S-Bahn S7 pour vous rendre à Potsdam, afin de visiter le mémorial Lindenstraße 54, qui se trouve au 54-55 de la Lindenstraße, dans le Potsdam-Museum. Autrefois une prison pour opposants politiques pendant la période nazie, on y trouve maintenant un centre de documentation sur la justice politique à Potsdam. Profitez-en pour visiter l'ancienne prison du KGB sur la Friedricht-Ebert-Straße 53, à Potsdam.

Jour 4 : La guerre (ter)

Une visite au mémorial de Sachsenhausen, à Oranienburg, dans la rue des Nations, est une expérience poignante (âmes sensibles s'abstenir). Pour s'y rendre, prendre la S1 en direction de Oranienburg et marcher quelques minutes. Ce camp de concentration datant de 1936 servira de modèle pour les autres camps nazis. Il fut en activité jusqu'en 1945 ; plus de 200 000 victimes, venant des quatre coins de l'Europe, y furent déportées. Sachsenhausen devint ensuite un camp d'internement sous l'occupation soviétique.

Jour 5 : Les témoignages soviétiques

Sur l'avenue du 17-Juin se trouve le mémorial en l'honneur des soldats soviétiques tombés lors de la Seconde Guerre mondiale. Prenez ensuite le S9 depuis Friedrichstraße en direction de Schönefeld et descendez à Treptower Park pour y visiter le mémorial soviétique en l'honneur des soldats de l'Armée rouge tombés en 1945 et à la gloire de Staline (Sowjetisches Ehrenmal). Rendez-vous ensuite dans le quartier de Lichtenberg pour visiter le musée de Berlin-Karlshorst (Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst). A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le quartier général de l'Armée rouge s'installa dans cette caserne. C'est là que fut signée, le 8 mai 1945, la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie.

Vous pourrez le modifier à volonté dans l’éditeur